Cinquième de couverture

Le potentiel livresque de Thomas Raphaël

Thomas Raphaël par Margaux Motin

Thomas Raphaël par Margaux Motin

Bon ben là, ce n’est pas flagrant, mais j’ai publié ce billet à 20h10. Pourquoi 20h10 ? Mais parce que La vie commence à 20h10, mes chers lecteurs ! Comme La vie la vraie, un feuilleton populaire dont Sophie, héroïne du premier roman de Thomas Raphaël, est coordinatrice d’écriture. Un roman de chick-lit que je n’ai pas lu et on se demande bien pourquoi quand je vois les avis enthousiastes d’Amanda et Clara. En attendant de me décider (surtout que je n’ai aucune excuse : le livre est sorti en poche il y a un peu plus d’un mois et il me semble être une lecture parfaite pour cet été), j’ai proposé à Thomas Raphaël de nous parler de son potentiel livresque. Et il a accepté, le coquin ! (Oups ! Mes mots dépassent ma pensée, mais vous comprendrez mieux en lisant ses réponses… ;-))

*****

Êtes-vous un gros lecteur ?

Je suis plus compulsif que boulimique. Dès qu’on me parle d’un livre avec passion, je clique : commandé ! Après, je reçois un colis, j’ouvre, je découvre un livre, je n’ai aucun souvenir de l’avoir acheté. C’est bien, je me fais des surprises à moi-même.

Là, par exemple, je viens de finir Fifty Shades of Grey, un livre érotique SM écrit par une fan de Twilight, publié l’année dernière par un petit éditeur numérique australien… et vendu depuis à des millions d’exemplaires. Je ne pouvais pas résister : il fallait que je le lise.

(Sachez-le, c’est très mal écrit, mais qu’est ce qu’on s’amuse. Heureusement que les gens en face de moi dans le métro n’entendaient pas les phrases dans ma tête. « I don’t make love. I fuck. Hard. »)

Comment choisissez-vous vos lectures ?

Je commande de tout, tout le temps, mais je choisis l’ordre de mes lectures en fonction de mon travail. Lorsque je réfléchis à un sujet, je lis pour me documenter. Avant de commencer à écrire au sens strict, je relis des livres dont le style se rapproche de ce que je cherche. Pendant la phase de rédaction, je ne lis plus de romans : je suis une éponge, alors je dois m’isoler pour garder un ton constant. Et quand j’ai fini, je me fais plaisir, je lis tout ce qui me tombe sous la main – comme Fifty Shades of Grey.

Comment lisez-vous ?

Le métro, le lit, le bain.

Avez-vous un auteur ou un livre culte ?

David Sedaris. En parlant de bain, mon bonheur absolu : écouter David Sedaris lire ses nouvelles les yeux fermés dans ma baignoire.

Je l’adore. Je l’admire. Il a une méthode hors du commun : ses nouvelles, toutes autobiographiques, ont été ciselées devant un public jusqu’à trouver une perfection rythmique. Avant de publier ses textes, il les a tous lus dans des cafés (aujourd’hui dans des amphithéâtres, c’est une rock-star aux Etats-Unis). Et toujours un crayon à la main pour ajuster chaque paragraphe encore et encore en fonction des réactions de son public.

Si vous comprenez l’anglais, je vous recommande ses lectures enregistrées. Cette démarche d’écrire en symbiose avec ceux à qui il s’adresse est magnifique. J’aimerais avoir le cran de me lever un micro à la main et faire comme lui.

Êtes-vous plutôt Marcel, Émile, Gustave ou Honoré ?

Zola, car c’est le plus attentif à la narration. La Bête humaine est un des premiers livres qui m’a rendu accro. J’ai plus de respect pour la générosité des raconteurs d’histoires que pour les stylistes. (Cela dit Julien Gracq est un de mes auteurs préférés – mais je lis ses textes par petits bouts comme de la poésie, pas comme des romans.)

En vrai, j’ai envie de répondre que je suis plutôt Colette, même si elle est arrivée cinquante ans après Emile, Gustave et Honoré. C’est Chéri, quand j’étais au lycée, qui m’a donné envie d’écrire des romans.

Quel est votre dernier coup de cœur littéraire ?

L’Objet de mon affection, de Stephen McCauley. J’ai appris la dernière phrase par cœur. Mais je vous la dirai pas – c’est la dernière phrase du livre, ce serait pas sympa…

La vie commence à 20h10, Thomas Raphaël
Flammarion, Juin 2011
[Site Internet]

Cette entrée a été publiée le 21 juillet 2012 à 8:10 . Elle est classée dans Culture, Littérature et taguée , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

2 réflexions sur “Le potentiel livresque de Thomas Raphaël

  1. Sympa!
    Merci pour la découverte!🙂

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :