Cinquième de couverture
Le potentiel livresque de Fanny Salmeron

« Je cherche du temps à soustraire à la vraie vie pour lire et écrire, mais je ne sais pas trop comment on y arrive ! »

Fanny Salmeron (Crédit Photo : Maëlle Hénaff)

Crédit Photo : Maëlle Hénaff

Si j’en crois le site de son éditeur, le travail à plein temps de Fanny Salmeron, c’est de tomber amoureuse. Mais Fanny travaille aussi avec des tableaux Excel, écrit, lit et prend le bus. Pour lire. Voilà une chose que j’aimerais faire : prendre un train sans avoir une destination, juste pour lire. Le train est un de mes endroits préférés pour plonger dans une histoire, juste après le confort de mon canapé où je peux me vautrer, pas douchée, pas coiffée, habillée comme un sac. Mon canapé a ses avantages par rapport à un train. Mais un jour, je prendrai la peine de me doucher, me coiffer, m’habiller, puis de prendre un train, ou un bus, rien que pour lire. Promis, Fanny !

*****

Êtes-vous une grosse lectrice ?

Je fonctionne par phases : j’ai des moments de boulimie de lecture, où je ne fais que ça, et ensuite de grandes plaines durant lesquelles je ne lis rien et me nourris autrement. En fait, j’ai un rapport très amoureux aux livres, presque charnel. Alors quand je viens de terminer un livre qui m’a trop touchée, qui m’a bouleversée, j’ai du mal à enchaîner avec un autre. D’où les grandes plaines. C’est un peu comme dans une histoire d’amour, j’ai besoin de faire mon deuil. Heureusement, c’est un deuil plus rapide qu’en amour… Le problème, c’est le manque de temps. Parfois, je suis en train de travailler devant mes tableaux excel et je me dis : « c’est horrible, tu pourrais te poser quelque part avec un livre, à la place… ». J’espère qu’au bureau, ils ne liront pas ça…

En fait, il faut savoir se prendre du temps pour lire, ce n’est pas si facile. Le mieux, c’est le métro. Parfois quand je sais que j’ai trois quarts d’heure de métro pour aller à un rendez-vous, je suis hyper contente. Sauf quand j’ai oublié mon livre. Il y a aussi le train. J’adore les grands voyages en train pour ça, pour le temps de lecture qu’ils offrent. La superposition de deux voyages, du coup. Celui du corps et l’autre à l’intérieur.

Tout le temps qu’il faudrait pour lire ne serait-ce que les livres indispensables, les plus grands, les classiques, ça donne le vertige… Rien que des livres chez moi que je n’ai pas encore lus… Les pauvres ils sont là, ils m’attendent. Et moi j’en ramène d’autres que je lis à la place, en plus… Ils doivent être super frustrés.

Mais quand j’étais petite, j’étais vraiment une très grosse lectrice. En fait, je relisais beaucoup les livres que j’aimais, j’étais un peu monomaniaque. Ça a commencé bien sûr avec des BD : Mickey Parade, Spirou, Astérix, Lucky Luke, les Schtroumpfs, Tintin, le Scrameustache… je me lisais les histoires à voix haute, et quand je me trompais je recommençais du début. La folle, quoi.

En dehors des bande dessinées, j’adorais les livres de la Comtesse de Ségur, et tous les livres qui parlaient de chevaux. J’avais ce côté très fifille et à la fois, j’adorais aussi la série des Livres Dont Vous Êtes Le Héros, Tolkien, Jules Verne, Jack London, ce genre de livres-épopées qui faisaient bien marcher l’imaginaire. J’étais une folle de Croc-Blanc, j’ai dû le lire dix fois au moins. Deux fois seulement en entier, parce qu’après je m’arrêtais quand il arrive chez les indiens. Ça me faisait trop de peine, la suite, quand il doit se battre contre des chiens et tout ça… Affronter la vraie vie, quoi. D’autres livres que je relisais beaucoup, c’étaient Les contes du chat perché, et ceux de la Rue Broca avec la Sorcière du placard à balais… A la même époque, j’adorais les histoires des Enfantastiques, qui étaient un peu les X-men de l’école primaire. C’était complètement déjanté, je crois que ça m’a appris que les livres étaient un des rares endroits où tout, absolument, était envisageable.

Comment choisissez-vous vos lectures ?

Je suis une éponge. Comme je n’ai pas fait d’études et que (on va pas se mentir) j’ai arrêté d’être attentive à quoi que ce soit en troisième, j’ai loupé plein de références, plein d’auteurs classiques. Je sens toujours un vide de ce côté-là, alors je suis énormément à l’écoute des gens. Que ce soit mes amis, des gens que je rencontre, ou bien à la radio ou même dans d’autres livres, j’absorbe, je note des noms, et puis après je les lis. J’aime qu’on me conseille et qu’on me prête ou qu’on m’offre des livres. Ce sont toujours les cadeaux les plus précieux. Choisir un livre qu’on a aimé et l’offrir, c’est dire beaucoup de soi et de sa relation à l’autre, c’est quelque chose d’important. Je passe du temps en librairie, aussi, quand je suis triste je peux acheter douze livres d’un seul coup, ce sont des pansements.

Où, quand, comment lisez-vous ?

Je lis peu chez moi, j’aime plutôt lire dans des parcs, par exemple, je ne suis pas dérangée par le bruit, bien au contraire. J’aime lire en mouvement, aussi. Comme je ne peux pas prendre le train tous les jours, souvent le week-end, je prends des bus au hasard, d’un terminus à l’autre pour pouvoir lire tranquillement… C’est bizarre, en fait. Mais au moins je n’ai pas à me dire que je vais louper ma station, ce qui m’arrive souvent quand un livre me plaît.

Avez-vous un auteur ou un livre culte ?

J’ai plusieurs auteurs fétiches comme Bobin, Hornby, Bukowski, Bauchau, Sagan, Dostoïevski, Tolstoï… Beckett, Duras, et tous les auteurs des Editions de Minuit, en fait. Tout est délicieux, chez eux. J’adore Sarah Kane et Sylvia Plath, dans la série des suicidées qui savent mettre l’ambiance… Sinon, dans les « nouveaux », j’aime Nina Bouraoui, Chloé Delaume, Jérôme Attal.

Quant à un livre culte… A part Croc-Blanc, du coup ? Je pense à beaucoup de livres importants, des livres dont je suis amoureuse, mais je ne peux pas faire une liste, c’est vraiment trop cruel… Enfin si j’essaie comme ça de penser à des livres formateurs, qui m’ont aidée à grandir, il y aurait sans doute Le Monde selon Garp de John Irving, L‘Attrape-coeurs de Salinger, Les Yeux bleus cheveux noirs de Duras, La folle allure de Bobin qui est le livre que j’ai le plus offert, je pense. Les Fragments d’un discours amoureux de Barthes (et Les Souffrances du Jeune Werther, qu’il faut avoir lu pour bien comprendre le Barthes, et inversement), l’Antigone de Bauchau. J’en oublie mille. C’est hyper angoissant comme question ! J’avais envie de dire que c’est un peu comme Le Choix de Sophie, mais en fait, je ne l’ai pas lu…

Mon livre culte historiquement parce qu’il m’a vraiment donné l’élan pour écrire, c’est Sacré Paul ! de Sophie Fontanel. C’est son premier roman, il a une écriture qui m’a beaucoup marquée, avec des phrases imagées, poétique, pures. Je suis dégoûtée parce que je l’ai prêté il y a longtemps et qu’on ne me l’a jamais rendu. Il était dédicacé et tout… Enfin bref, c’est aussi avec ce livre que j’ai commencé à m’intéresser aux livres contemporains. Je crois que c’était le premier livre « qui venait de sortir » que je suis allée acheter en librairie, eh oui j’avais déjà 14 ans quand je me suis rendue compte que tous les écrivains n’étaient pas morts !

Êtes-vous plutôt Marcel, Émile, Gustave ou Honoré ?

Comme je disais, j’ai de grosses lacunes en classiques, et les livres d’À la recherche du temps perdu font partie de ceux qui m’attendent gentiment sur l’étagère. Quant à Emile, il m’a toujours bien gonflée, pardon. Je n’ai peut-être pas lu ses meilleurs livres, je veux bien qu’on me conseille, du coup, pour me faire changer d’avis… Madame Bovary et L’Education sentimentale sont des livres qui ont comptés pour moi quand je les ai lus, donc je pourrais dire que je suis plutôt Gustave, mais je crois que c’est Balzac qui m’impressionne le plus. J’ai prévu de lire son intégrale, quand j’aurai plus de temps… (à la retraite ?) On y revient, à ce temps qu’il manque. En fait, je suis à la recherche de temps à perdre. Je cherche du temps à soustraire à la vraie vie pour lire et écrire, mais je ne sais pas trop comment on y arrive !

Quel est votre dernier coup de cœur littéraire ?

Je ne sais pas si ça compte, c’est un livre que suis en train de le lire, je ne l’ai pas terminé… Mais je sais déjà qu’il fera partie de mes livres importants. C’est SalvaTM de Philippe di Folco. Il ne vient pas de sortir (2006, je crois), mais c’est un livre fou, surprenant, beau, perché, très intelligent, très bien écrit. J’aurais de nouveau huit ans, je le relirai à haute voix tous les soirs.

*

Fanny Salmeron a écrit deux romans, tous les deux publiés chez Stéphane Million : Si peu d’endroits confortables (Juin 2010) et Le travail des nuages (Août 2011). Elle participe aussi régulièrement à la revue Bordel, dont le prochain numéro sort le 20 septembre. Elle y signe une nouvelle intitulée Bientôt Julia. Retrouvez aussi Fanny sur sa page Facebook.

Cette entrée a été publiée le 18 août 2012 à 5:00 . Elle est classée dans Culture, Littérature et taguée , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

9 réflexions sur “« Je cherche du temps à soustraire à la vraie vie pour lire et écrire, mais je ne sais pas trop comment on y arrive ! »

  1. Déjà, avec la première question (et la première réponse, donc), c’était fichu, je voulais connaître cette fille.
    Puis il y a sa deuxième réponse; puis il y a ses auteurs fétiches, où j’y retrouve des noms qui sont dans mon panthéon personnel aussi. Puis, même : quelqu’un qui cite Henry Bauchau, forcément…
    Alors, forcément, je dois lire son premier roman… Merci Caro !🙂

  2. Super interview! On se sent moins seule, dans cette envie de tout plaquer pour lire, lire et toujours lire… et puis écrire parfois! Merci!

  3. Le , Di Folco a dit:

    « Je suis à la recherche de temps à perdre » : tu me la donnes comme épitaphe ?

  4. Pingback: Le potentiel livresque de Stéphane Million « Cinquième de couverture

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :