Cinquième de couverture
Caracal, de Natacha Andriamirado

« Et c’est cette curiosité qui sera à l’origine du goût de lire. »

Dans Caracal, Natacha Andriamirado nous raconte la rencontre salvatrice de deux solitudes : celle de Coline, exilée depuis tant d’années, mais tellement rattachée à ce passé, et celle de Marcel, parti de chez lui, libre désormais mais malheureux de la peine de la séparation qu’il inflige à ses enfants.

Malgré toute la noirceur qu’elle recèle, Caracal est une belle histoire car l’espoir, tout pudique qu’il soit, est bien là jusque dans les derniers mots.

Malgré les dires de ses collègues, elle aimait son travail. Elle le prenait à cœur, ce qui entretenait, bien malgré elle, de nombreux malentendus. Elle l’envisageait différemment, ce qui était offensant. Elle était censée guider les lectures des enfants. Les inciter à choisir ce que ses collègues désignaient par des « valeurs sûres ». Mais elle s’y refusait. Elle ne voulait rien imposer et privilégiait le désir de chaque lecteur sur tel ou tel ouvrage. On lui demandait de donner son point de vue sur les bons et les mauvais livres. Elle s’y dérobait encore, refusant de jouer un rôle de prescripteur auquel elle ne croyait pas. « Laissons les enfants aimer ou non leurs livres. La lecture est un acte de liberté, et chaque enfant jugera en fonction de ce qu’il recherche ou non », soutenait Coline à ses collègues. Elle avait confiance en l’intelligence de l’enfance qu’elle opposait à la bêtise des adultes murés dans des discours uniformes. « Peu importe si votre enfant se dirige vers ce qui peut vous apparaître comme mauvais. C’est sa curiosité qui prime, rien d’autre », disait-elle aux parents. « Et c’est cette curiosité qui sera à l’origine du goût de lire. » Elle passait alors pour ce qu’elle n’était pas : une bibliothécaire désinvestie de son rôle et envahie par la paresse. Les parents – non lecteurs mais voulant faire de leurs enfants ce qu’ils n’arrivaient pas à faire pour eux-mêmes – se plaignaient. Ils demandaient des comptes et voulaient que la bibliothécaire cesse d’encourager les enfants à lire « n’importe quoi ». Elle devait leur indiquer des « lectures utiles », il n’y avait pas à discuter. Mais Coline prônait le hasard de la lecture au même titre que le hasard de la rencontre. « Vos enfants ont la chance de rencontrer les livres, laissons-les être à l’écoute de leur sens. Optons pour la lenteur au détriment de la rapidité ou de l’efficacité. » Elle conseillait alors aux jeunes lecteurs de se promener parmi les livres et de les cueillir si cela leur donnait envie. De les feuilleter, de prendre leur temps et de ne pas s’y précipiter comme de vulgaires consommateurs. Elle agaçait. Ses collègues l’accusaient de sabotage en délire. On la raillait. Une bibliothécaire au service de l’émotion et non au service des idées, quelle aberration ! « Mary Poppins à l’assaut de la lecture ! Une sectaire au discours opaque et complètement inadapté ! Une folledingue à soigner ! Totalement à côté de la plaque ! » Nombre de qualificatifs lui furent attribués. Elle aimait tout particulièrement ce terme d’ « inadaptée » donné généralement par des parents peu enclins à la curiosité, guidés par une seule et « bonne » chose : l’utilitarisme.

Tant pis, se disait-elle. Nul ne comprendrait sa démarche. C’était peine perdue. Elle ne ferait rien pour, rien contre.

Natacha Andriamirado, Caracal
Editions Maurice Nadeau, Janvier 2013

Cette entrée a été publiée le 25 février 2013 à 6:00 . Elle est classée dans Culture, Littérature et taguée , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Une réflexion sur “« Et c’est cette curiosité qui sera à l’origine du goût de lire. »

  1. Pingback: « J’aime beaucoup flâner en librairie et repartir avec des livres encore inconnus dont la voix me touche déjà. » | Cinquième de couverture

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :