Cinquième de couverture
Il y avait littéralement quelque chose de pourri dans le royaume de Courtval.

« Il y avait littéralement quelque chose de pourri dans le royaume de Courtval. »

Dimitri et Alex sont comme des frères. Sans claire vision de l’avenir, vivotant, picolant, ils partagent un appartement avec Christian et Hélène, la blonde de Dimitri. Quand ce dernier hérite de la maison de son père jusque-là inconnu, les trois garçons quittent Montréal pour s’installer à Courtval, petit village québécois paumé. Ils reprennent alors les affaires du père, croque-mort pas clair. Nouveau départ ou spirale infernale ? Les trois garçons se rendront vite compte que partir ne change pas la donne, bien au contraire, et qui plus est dans un tout petit village où tout nouvel arrivant est vu d’un sale œil. C’est alors le début de la fin et la question n’est pas de savoir si tout cela va mal terminer, mais comment l’auteur emmène nos personnages jusqu’au funeste final. Un roman à ne recommander qu’aux amateurs d’atmosphère malsaine, car il y a réellement « quelque chose de pourri dans le royaume de Courtval » et il faut aimer cela pour se laisser emporter. Ce qui n’a pas fonctionné pour moi qui ai été totalement rebutée par cette atmosphère de perdition, ne laissant aucune lueur d’espoir à nos personnages.

Marie-Eve Bourassa, Par le feu
VLB éditeur, 2013

www.larecrue.net

Cette entrée a été publiée le 15 avril 2013 à 6:01 . Elle est classée dans Culture, Littérature et taguée , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :