Cinquième de couverture
La tête de l'emploi, de David Foenkinos (J'ai lu, Janvier 2014)

« C’est pas une quincaillerie, c’est un sex-shop ! Tu entends ? Ton fils fait du porno ! »

Chers lecteurs,

Ma constance, c’est l’inconstance. Surtout quant il s’agit de mon blog. Alors me revoilà, pour un seul billet, pour deux billets, pour dix billets… qui sait ? L’avenir nous le dira. Une chose est sure : j’ai envie d’écrire aujourd’hui.

Et qu’ai-je sous la main ? Le dernier roman de mon auteur chouchou, que je délaisse depuis un moment, mais que voulez-vous, c’est maintenant une super star littéraire, il vole de ses propres ailes.

Mais comme le premier amour, on n’oublie jamais son premier auteur chouchou…

*****

Bernard a 50 ans et une vie tranquille toute tracée. Enfin pense-t-il. Car de fil en aiguille, Bernard perd son boulot, sa femme et retourne vivre chez ses parents.

La tête de l’emploi, ou la crise de la cinquantaine de Bernard

Notre héros transpire la normalité, a une tête sympathique (justement, il a la tête de l’emploi, celle d’un banquier qui sait rassurer le client), mais toujours un temps de retard. Il réfléchit beaucoup, à contre-temps toujours. Avec son patron, avec Nathalie son épouse… et c’est ainsi qu’il perd son emploi, laisse partir sa femme, sans se battre, sans se révolter, spectateur de sa vie. A 50 ans, le voilà de retour chez ses parents, Raymond et Martine, quatre-vingt ans, les patins sont obligatoires, Des chiffres et des lettres, suivi de Questions pour un champion, dîner à 19h précises car à 20h, Raymond se met devant le journal. Un retour aux sources pas voulu, mais qui sait, revenir là, dans sa chambre d’adolescent, dans la routine parentale, pourrait lui permettre d’ouvrir les yeux et de se remettre sur les rails ?

Fétichiste, David Foenkinos ?

J’ai toujours été amusée quand je retrouvais les deux polonais dans les romans de David Foenkinos. Mais là, retrouver Nathalie, Alice, les cheveux, la Suisse, l’érotisme de la langue allemande, cela fait beaucoup de références récurrentes, qui je dois l’avouer, ont maintenant le don de m’agacer. Mais je les ai vite oubliées, chassées par l’émotion qui transperce dans de nombreux passages, par l’humour de certaines répliques et par d’amusantes trouvailles comme le club des Jai50ansetjesuisretournévivrechezmesparents Anonymes, et par les nombreuses réflexions sur le couple et la famille. Alors oui, David Foenkinos est peut-être fétichiste, mais je lui pardonne, car son dernier roman est à l’image de son héros : sympathique.

David Foenkinos, La tête de l’emploi
J’ai lu, Janvier 2014
(Sorti directement en semi-poche)

Cette entrée a été publiée le 1 février 2014 à 8:27 . Elle est classée dans Culture, Littérature et taguée , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

8 réflexions sur “« C’est pas une quincaillerie, c’est un sex-shop ! Tu entends ? Ton fils fait du porno ! »

  1. Contente de te retrouver !!!

  2. Je suis super contente de te retrouver ! en plus tu as lu ton chouchou..:)

  3. Le , C. Sauvage a dit:

    Encore LUI !!! J’espère que le « chouchou » sait ce qu’il vous doit…
    PS: je cherche à vous joindre

  4. Le , Elou a dit:

    J’ai forcément une pensée pour toi aujourd’hui puisqu’un de tes chouchous a été primé!

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :