Cinquième de couverture
Dragonville, de Michèle Plomer

« Sois eau. »

1910, Hong Kong. Dragon incarné en femme, Lung veille sur la ville. Après des années sans qu’aucune rencontre ne fasse battre son coeur, Lung découvre Li le beau, « d’une beauté qui fait perdre son humanité aux femmes et qui l’éveille chez un dragon ». Pauvre, Li travaille dur pour subvenir aux besoins de sa mère, accro à l’opium et se prostituant pour obtenir ses doses. Comme si cela ne suffisait pas, le malheur s’abat sur Li et les triades chinoises se retrouvent à ses trousses. Mais Lung veille aussi sur lui et le sauve d’une mort certaine. Li se retrouve alors sur un paquebot, direction le Canada, pour un nouveau départ…

2010, Québec. Après plusieurs années passées en Chine, Sylvie Matthews revient là où elle est née et a grandi, après avoir perdu sa mère. Elle souhaite ouvrir une boutique, Quartier chinois, sur la Principale de Magog. Le local a besoin de quelques travaux, Sylvie embauche Jean Bisaillon, un camarade de classe dont elle s’était éloignée quand il avait commencé à être chamaillé par d’autres enfants. La rénovation amène Sylvie à faire une étrange et belle découverte : un magnifique dragon apparaît sur le mur du dehors et les lattes intérieures sont entièrement recouvertes d’idéogrammes chinois. De quoi intriguer Sylvie, qui en cherchant à en savoir plus, fait la connaissance de Petit Bouddha, un enfant déstabilisant par sa pertinence d’esprit.

Dragonville, édition intégrale sortie en novembre 2013, embarque le lecteur dans un voyage en Chine, sur le Pacifique et au Québec et dans un voyage dans le temps. Passant d’une époque à une autre, petit à petit, se tisse l’histoire de deux familles liées pour toujours, une histoire romantique, délicate, pleine de tendresse et d’amour, à l’image du style poétique de Michèle Plomer. De façon subtile, l’auteur livre au fil des chapitres des informations permettant au lecteur de coller les pièces du puzzle et de comprendre les liens entre les époques et les personnages. Des personnages tous attachants, qu’il m’a été difficile de quitter à la 533ème page. Roman acheté « à l’instinct », le regard attiré par la couverture, ma curiosité attisée par la 4ème de couverture, cette lecture a été un vrai moment de bonheur, vécu comme un véritable voyage.

Dragonville, de Michèle Plomer

.

Michèle Plomer, Dragonville (l’intégrale)
Editions Marchand de feuilles, Novembre 2013

Tome 1 : Porcelaine (Février 2011)
Tome 2 : Encre (Mars 2012)
Tome 3 : Empois (Novembre 2013)

www.micheleplomer.com

Cette entrée a été publiée le 8 février 2014 à 8:17 . Elle est classée dans Culture, Littérature et taguée , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :